dimanche, décembre 8, 2019
A LA UNEACTUALITESINTERNATIONAL

UN VIOLENT INCENDIE RAVAGE DES ENTREPOTS DANS LA ZONE INDUSTRIELLE DE BANJUL

Un violent incendie qui s’est déclaré, dimanche soir à Kanifing, dans la zone industrielle de la capitale gambienne a fait d’importants dégâts matériels. Ce sont plusieurs magasins et entrepôts qui sont partis en fumée. Pendant plus de 24h, les sapeurs-pompiers ont combattu les flammes. L’origine du sinistre reste inconnue pour l’instant. S’il n n’y a pas eu des pertes en vie humaine à déplorer, les dégâts matériels sont importants. Le président de la République s’y est rendu, lundi matin, où il a annoncé l’ouverture d’une enquête pour faire la lumière sur ce drame sans précèdent dans le pays.
Si les sapeurs-pompiers qui ont lutté contre les flammes toute la nuit sont parvenus à circonscrire les flammes, la fumée et des de fortes émanations se dégagent toujours de plusieurs bâtiments au lendemain du drame. L’origine de l’incendie reste inconnue, mais l’épicentre, c’est un dépôt de gaz niché dans ce secteur.
Les sinistrés, eux, n’ont que leurs yeux pour constater l’ampleur des dégâts. Comme cet homme d’affaires indien qui a craqué devant le président de la République venu s’enquérir de la situation. Celui-ci a annoncé l’ouverture imminente d’une enquête pour faire la lumière sur cet incendie sans précédent en Gambie.
« J’ai donné une ferme instruction à mon gouvernement pour diligenter une enquête afin de faire la lumière sur cette tragédie. L’objectif c’est d’éviter ces genres de catastrophes dans l’avenir. Nous devons de minimiser tout risque dans les lieux de travail comme ici », prône-t-il.

Plusieurs millions partis en fumée

S’il n y a pas eu des pertes en vie humaine à déplorer, les dégâts matériels non évalués sont importants, déplore le chef de l’État. « Pour l’instant, on n’a pas pu évaluer les pertes mais certainement elles sont importantes. Nous espérons que l’enquête pourra surtout déterminer ce qui s’est passé. Les recommandations doivent nous servir dans l’avenir ».
Situation explosive
Ce quartier est une zone industrielle où l’on trouve côte à côte usine et entrepôts. Alors il y a-t-il eu de laxisme qui a favorisé cette situation explosive ? Le président de la Chambre de Commerce et d’industrie de Gambie, Idrissa Mass Jobe estime que l’Etat pouvait anticiper les choses.
« Ici, c’est une zone industrielle. Elle a été conçue pour cela d’ailleurs. Plus tard, beaucoup de magasins et entrepôts ont ouvert dans le secteur. Ces derniers venus ne devaient pas être là. S’il n’y avait pas ces entrepôts de marchandises de diverses sortes, la situation serait moins difficile à gérer par les sapeurs », pense-t-il.
Dans cette tragédie, le manque de moyens des sapeurs-pompiers est également pointé du doigt. Une situation que déplore le président Barrow qui a promis que tout sera tiré au clair.
emedia